E-tourisme ou tourisme durable, les métiers du tourisme pour poursuivre ses rêves

E-tourisme ou tourisme durable, les métiers du tourisme pour poursuivre ses rêves

La façon de « consommer » le tourisme a bien changé avec l’avènement d’Internet et des nouvelles technologies. Deux nouvelles formes de tourisme ont vu le jour au XXIe siècle : le e-tourisme et le tourisme durable. Les métiers du tourisme s’y sont adaptés et de nouveaux métiers ont vu le jour.

Les métiers du e-tourisme

Si, au départ, il existait l’appréhension de commander en ligne, aujourd’hui les réservations ont surpassé celles des agences physiques.

Le e-tourisme concerne la réservation, mais aussi l’information préalable. L’internaute se renseigne sur les destinations et consulte les avis laissés par ceux qui ont testé le produit. Les blogs de voyage ont également une grande influence sur les consommateurs.

Agence en ligne

Les personnels qui travaillaient en agence physique exercent désormais le même métier, mais derrière un écran. Tous ces emplois passent par les mêmes formations que les écoles de tourisme classiques, avec en supplément des matières dédiées à l’utilisation d’Internet.

Référenceur et community manager

Les professionnels du tourisme se sont adaptés en intégrant les nouvelles technologies dans leur stratégie de communication. Ils doivent être présents sur Internet et sur les réseaux sociaux. Ils recrutent ainsi massivement des personnes dont la formation en informatique et en référencement sur les moteurs de recherche va les aider à imposer leur présence sur la toile. Les community managers, eux, doivent assurer la cohérence de la communication et développer la popularité – et l’audience – de ces acteurs du tourisme.

Reporter numérique

Alors que les agences éditaient une brochure papier par an, il faut maintenant fournir du contenu éditorial et photographique nouveau, tout au long de l’année. Le reporter numérique est chargé d’alimenter le site avec des articles, photos et vidéos qui prouvent la qualité de ce que propose le voyagiste.

Le yield manager ou gestionnaire de rendement

Le yield manager s’apparente à un trader des séjours touristique qui optimise les tarifs en fonction du calendrier et de l’offre et la demande. Il doit cumuler des compétences en gestion, communication et marketing.

Les métiers du tourisme durable

Le tourisme durable prend en compte toutes les contraintes liées à l’environnement, le respect des lieux et habitants du pays visité et l’équité de l’économie s’agissant des pays les moins développés.

Agent de valorisation du patrimoine

L’agent de valorisation du patrimoine travaille avec les collectivités territoriales et les associations locales pour valoriser le patrimoine culturel. Il développe et accompagne les activités touristiques adaptées à l’environnement et veille à la sauvegarde du territoire.

Animateur en écotourisme

L’animateur en écotourisme travaille pour les parcs naturels régionaux et nationaux, les compagnies qui proposent des excursions nature et découverte, et tous les opérateurs écotourisme et aventure. Il développe un accompagnement pédagogique auprès des touristes et met en valeur la faune, la flore et le patrimoine culturel.

Animateur en activités pleine nature

L’animateur en activité pleine nature est souvent un travailleur saisonnier qui accompagne les touristes dans des randonnées et excursions sportives en pleine nature. Il fait découvrir le patrimoine naturel et organise les excursions, dans une démarche écologique qui ne doit en aucun cas affecter la nature, sa faune et sa flore. Il est à l’opposé des animateurs dans des lieux touristiques naturels qui ont équipés la nature pour produire de tourisme de masse polluant et irrespectueux de l’environnement. Le comble de ce type de tourisme étant l’ascension de l’Everest avec des touristes embouteillés à la queue leu-leu qui produisent des tonnes de déchets déversés dans la nature.

Concepteur et réalisateur de loisirs verts

Le concepteur de loisirs verts travaille auprès des voyagistes. Il doit élaborer des circuits touristiques les plus écologiques possibles, afin de satisfaire des touristes qui ne veulent plus de tourisme de masse et qui préfèrent des conditions parfois plus frustes, mais respectueuses de l’environnement.